24.3.08

L'extravagant M. Alvess

Une folie intelligente, un humour décalé et un graphisme proche de la perfection parcourent les œuvres de Manuel Alvess, exposées actuellement à la Fondation Serralves de Porto.
J'ai eu un vrai coup de cœur pour cet artiste présenté comme "peut-être le plus secret des artistes portuguais". Des toiles découpées ou perforées avec minutie, des jeux avec les matières, les formes, le vide, le blanc et les couleurs. Chaque œuvre surprend le visiteur par des trouvailles auxquelles il n'aurait pas pensé, proposant des expériences esthétiques - et humoristiques - nouvelles. A tel point que j'aurais parlé de véritable "génie artistique" pour qualifier certaines d'entre elles.
Cet artiste étant vraiment méconnu, et plus encore par le public francophone, je me permets de traduire ici quelques extraits des textes de présentation de l'artiste, l'un présent sur le site web du musée et l'autre distribué à l'entrée de l'exposition.
Manuel Alvess est peut-être l'artiste le plus secret du Portugal. Vivant à Paris depuis les années 1960, Alvess a été accueilli et admiré par d'autres artistes portugais qui y résidaient, comme Lourdes Castro ou René Bertholo. Ses premières œuvres étaient des toiles tendues vides sur lesquelles le dessin apparaît à travers l'utilisation de fermetures éclair ou l'ouverture de trous dans la matière. Il fait des performances, des projets de mail art et invente une série d'objets de dimensions non fonctionnelles, comme son élastique et flexible "seizimètre". Son travail est toujours critique des formes légitimes de présentation des objets d'art, redéfinissant leur nature et provoquant l'art à travers la référence à la vie quotidienne.
Utilisant la toile, les objets, le mail art, la performance, la photographie et les dessins, Alvess a construit une œuvre singulière qui subvertit notre expérience de l'art et est intégrée dans l'histoire des attitudes "anti-art" (allant du dadaïsme aux langages Fluxus) qui ont redéfini les pratiques artistiques au 20e siècle.
Cette première exposition anthologique de l'œuvre d'Alvess rassemble des travaux produits depuis plus de 40 ans - la plupart desquels n'a jamais été exposée auparavant. Alvess, excepté pour quelques (rares) initiatives publiques, a produit et gardé la plupart de ses travaux en secret.
Il est difficile de réfléchir sur l'œuvre d'Alvess sans prendre en considération sa vie. Manuel Alvess est arrivé à Paris en 1963, venu d'un pays dirigé par une dictature. Il y a certaines différences clés entre Manuel Nogueira Alves - le citoyen portugais qui déménagea à Paris en 1963 - et Alvess, l'artiste parisien qui ajouta un "s" à son nom afin de réussir une "intégration" plus douce dans le contexte artistique de sa nouvelle ville d'adoption. Son changement de nom subtil a été effectué avec un certain degré d'ironie, parce qu'il remarqua que les Français avaient tendance à accentuer la dernière syllabe de son surnom.

L'ensemble des œuvres de l'exposition est présenté dans un beau livre vendu à la Fondation. Si par hasard vous passez par Porto avant le 20 avril, ne passez pas à côté ! Et pour les lusophones intéressés, le texte complet de présentation de l'artiste est disponible en ligne ici.

5 commentaires:

Lis a dit…

Je te l'avais dit ;-).

nunozu a dit…

Je partage ce coup de coeur! Une vraie découverte artistique! Ça faisait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à voir une exposition.

Nathako a dit…

Et moi ça faisait longtemps que je n'avais pas autant souri pendant une exposition :p

Anonyme a dit…

J'ai adoré l'expo d'Alvess, son intelligence lumineuse et sa créativité pleine d'humour.
Seul regret, le catalogue de l'exposition est épuisé...
de retour en France, j'ai cherché des livres sur Alvess..sans succès...dommage! Savez vous s'il en existe?

Doris a dit…

Oh, mince... Je n'ai pas trouvé d'autres livres sur Alvess non plus, du moins en français. Je pourrai dès que je rentre de vacances vous communiquer la bibliographie indiquée dans le catalogue. Mais ce sera probablement en portugais.